Avril & Mai 2021, manifestations et violente répression

mai 2021 2 mn fr
Temps de lecture estimé : 2 mn

Tout est parti du projet de réforme de la fiscalité engagé par le gouvernement, rejeté par l’ensemble des secteurs de la population colombienne et mettant gravement en danger les classes moyennes et pauvres, avec une forte augmentation de la TVA sur l’ensemble des produits de consommation. Cali, Medellin, Bogota s’embrasent, très vite suivies par toutes les villes du pays. La police tire à balles réelles sur les manifestants, à ce jour plus de 30 morts, 93 disparus, des centaines de blessés. Le président Duque retire le projet de réforme mais il n’est que l’instrument de l’ex-président d’extrême droite Alvaro Uribe qui soutient la sauvagerie de la police. La contestation, très forte, a aujourd’hui gagné tout le pays.

L’ancien maire de Bogotá, Gustavo Petro, a analysé la crise politique et sociale que traverse son pays et a assuré que "la fin du modèle néolibéral en Colombie arrive à son terme, il ne vit que de l’extraction du pétrole et du charbon " tout en indiquant que "les politiques publiques de Iván Duque ont brisé la patience de la société colombienne " :
« Cela a conduit à sous-financer l’État et à s’endetter pour favoriser le système financier, des gens vont dans l’extrême pauvreté, en particulier dans les grandes villes comme Bogotá, qui compte un million de pauvres. Quand la réforme fiscale s’accompagne d’impôts sur la nourriture et de taxes sur ceux qui travaillent, la situation explose ».
"il y a une première phase de mobilisation populaire qui fait échec au projet gouvernemental", "vient ensuite une répression barbare et la transformation des jeunes manifestants urbains en « cibles de guerre ». L’objectif est de terroriser les gens qui avaient exprimé l’intention de voter pour moi en 2022, de les faire s’enfermer chez eux pour survivre au milieu d’un champ de bataille ».
Il fait un parallèle avec le gouvernement de l’ancien président Álvaro Uribe , qui a promu la candidature de Duque aux dernières élections. "La stratégie d’Uribe a toujours été d’utiliser la peur des gens pour obtenir des votes, il l’a fait à l’époque des FARC et il veut la reproduire maintenant : la peur conduit à voter pour l’extrême droite".
Petro, candidat à la prochaine présidentielle en 2022, a évoqué l’élection : « Le dernier sondage m’a donné 40% des électeurs au premier tour et un second tour où je gagnerai sur tous les autres candidats. " "Cela déchaîne une grande peur au sein du gouvernement car l’Uribisme serait à la troisième place, c’est pourquoi ils sont arrivés à la conclusion que des actions dramatiques sont nécessaires pour reconquérir l’électorat".
Face à ce scénario, Petro a évoqué les stratégies électorales déployées par l’ancien président Uribe et a estimé qu’« une option serait le coup d’État , empêchant les élections de l’année prochaine ; ce scénario de peur permettrait que l’État soit très gravement mis en danger car les forces militaires et policières actuelles sont profondément pour Uribe. ".
" L’homme qui a le pouvoir en Colombie aujourd’hui s’appelle Álvaro Uribe Vélez, sacrifier Duque n’est pas un problème ». "Ils ont même perdu le soutien des Communes Populaires de Medellín qui ont toujours été pro Uribe et où siègent d’importants réseaux maffieux liés à la drogue. Les mobilisations sont immenses, c’est un fait passionnant pour ceux qui connaissent la Colombie, une société populaire se libérant des mafias".

Les diasporas de Colombien-nes exilées de par le monde soutiennent, pour un très grand nombre le mouvement de contestation, nous en sommes particulièrement témoins solidaires à Toulouse.

mai 2021

ACTUALITE : "Un cri dans le silence" de Priscila Padilla enfin en France !

le 9 juin à 18h30, à l’Institut Cervantès, 31 rue des Chalets, métro Jeanne d’Arc. Première (...)
juin 2021

ACTUALITE : juin 2021, frontières Colombie/Venezula

El Tiempo, rubrique politique La chercheuse allemande Annette Idler a parcouru pied à pied la (...)
mai 2021

AVRIL & MAI 2021 - Gustavo Bolivar, son analyse politique

Interview par Guylaine Roujo Perez, 8 mai 2021 Le Parisien - International Gustavo Bolivar : (...)
mai 2021

AVRIL & MAI 2021 - MANIFESTATIONS ET VIOLENTE REPRESSION

Nous reprenons ici le tout dernier article de La Via Campesina et une partie d’un entretien (...)
septembre 2020

Bogota les rues se soulèvent, la police tue

Deux articles parus dans la revue en ligne CRISIS et qui nous ont été transmis par Fernanda V., (...)